Lettres de Georg Huss

Lettres de repression et la lutte en prison.

Cher Olivier,

merci pour la lettre, votre émission et la publication dans l’envolée.

je pars du principe que vous êtes en contact avec mes camarades de Leipzig et de Vienne.

En effet j’écrie et je décris tout ce qui m’arrive et mes pensées dans les lettres …

Mais comme les lettres que j’avais transmises à l’ambassade d’Allemagne pour qu’elle les fasse suivre me sont revenues, je les ai mises, ces lettres dans celle que je vous envoie pour que vous les lisiez.

J’ai arrêté ma grève de la soif, je n’ai pu téléfoner avec personne …

Mulhouse semble être un cas spécial, en tous cas je l’espère, bien qu’ils semblent se comporter particulièrement salement avec moi: je ne peux toucher à l’argent qui m’a été envoyé, je ne peux rien acheter, et une chose aussi simple et évidente que le nécessaire pour nettoyer sa cellule ou même des articles de toilette me sont refusés … il faut dire que personne ici ne reçoit ces articles d’hygiène élémentaires alors même qu’on y a droit! Vous connaissez vous-même les droits que nous avons et vous pouvez vous imaginer à quoi ressemble une cellule sans ces articles de nettoyage … Mais ici rien de tout ça r.i.e.n., s’ils pouvaient nous refuser la nourriture, ils le feraient, c’est clair.

Je ne peux même pas utiliser mon argent ou celui qui m’est envoyé, environ 400 euros, on me dit „trésor public“, sans même me donner un reçu.

Vous pouvez vous imaginer sans peine l’humiliation ressentie de devoir mendier sucre, café, tabac, j’en suis même réduit à ne pas jeter mes mégots! Ok, ils sont particulièrement infects avec moi, mais ça semble être la règle ici!

Que dire au sujet de mon/notre combat? Je suis prisonnier – syndicaliste – agissant pour les droits des détenus et comme je me retrouve ironiquement dans les taules les plus bizarres, je tente de rendre les abus publics et mettant en jeu mon intégrité corporelle comme arme: je n’en ai pas d’autres.

Je reste ici bouche-bée devant l’état des prisons françaises, comme si la France se trouvait au niveau carcéral de la Turquie ou de l’Afrique. mais bon, je sais pas pourquoi je vous raconte tout ça, vous le savez déjà!

J’ai tout le W-E pour vous écrire, alors d’ici là je m’allonge un peu, la grêve de la faim et le stress m’épuisent.

Aujourd’hui, le 3/02 je reviens du médecin et pèse 61kg1/2, mon poids normal étant de 72kg, je veux tenir encore un mois et ensuite ce sera l’hôpital. Mais bon, vous devez comprendre que je ne fais pas tout ça pour mon avantage personnel, mais pour tous et que les prisonniers et les gens dehors se saisissent de la question en devenant attentifs au problème et que les prisonniers fondent des syndicats comme en Allemagne et en Autriche.

Nous avons besoin d’une voix, et aussi en France! Malheureusement je dois pour cela utiliser des moyens drastiques et mettre ma santé en jeu. Je pense que ca en vaut la peine:

Pas de prisons, pas de pays sans un syndicat de détenus!

Seulement quand nous saurons nous unir pourrons nous avoir des droits, voyez l’article 11 de la Convention des droits de l’homme!

Alors que je suis en grève de la faim, même le médecin refuse de me prescrire des boissons telles que du thé, des tisanes ou du lait, ne parlons pas du glucose ou de vitamins et sels minéraux : qu’est-ce qui se passe ici? c’est un refus d’assistance!

Ce que je réclame n’outrepasse même pas les droits reconnus par la loi comme étant les plus élémentaires, on dirait que la justice ne veut pas comprendre ça!

Ça m’est un peu difficile de vous écrire comme nous ne nous connaissons pas et ne sais si vous êtes informés sur moi, mon action ou bien sur le GG/BO et GG/BO-RAUS (syndicats de détenus et proches _ article en français ici: http://www.monde-diplomatique.fr/2016/01/BOUVAIST/54484).

Envoyez moi donc une liste de questions et aussi ce que vous avez dit pendant votre émission, sur internet, même en français et en plusieurs exemplaires que je puisse les faire suivre. Le journal de rue Augustin va publier qq chose sur mon action dans sa prochaîne édition, Jenny Lengenstein – collaboratrice du projet Augustin – suit mon action depuis bientôt 3 ans.

Envoyez-moi aussi quelques exemplaires de L’envolée, aussi d’anciens exemplaires afin que je les distribue : il y a ici des gens qui sont vraiment intéressés par des initiatives en France.

Des timbres dont je peux enlever le cachet grâce à un effaceur seraient les bienvenus si c’est possible : j’écris 15 à 20 lettres par semaine à des détenus, car je sais comme ils se jettent sur le courrier et font circuler ces infos qui sont souvent les seules qu’ils ont. À ce propos, si vous connaissez des détenus (anglais, allemand, espagnol) auxquels je pourrais écrire, faites le moi savoir, je leur écrirais aussi une fois en liberté.

Je conçois les choses à une échelle européenne et c’est ça qui rend le mouvement des prisonniers si puissant.

En France, Allemagne, Autriche la justice va bien chercher à écraser ceux qui résistent, mais au moment où on commence à en parler dans d’autres pays, la situation devient un peu différente … ha ha ha ! Par exemple, je m’amuse avec la justice de trois pays, un jeu dangereux, et souvent j’ai peur pour ma vie : ils sont capables de tout.

Je dois faire une pause, je ne peux plus me concentrer

Dimanche matin, (5/02) depuis 4 heures j’écris des lettres, 8 depuis vendredi, ça suffira pour le week-end.

Lundi, ça continuera, j’ai plus de courrier que toute la taule confondue.

Mais bon, j’ai du temps, c’est mon travail et ça me donne de la joie. mais maintenant, c’est la sieste, il est 7:30 la rumeur commence, le temps de la culture est fini …

Je dois aussi m’imposer contre certains co-détenus, beaucoup trouvent que je critique trop, certains défendent cette prison et me tournent en dérision, et quand je fais changer des choses, c’est pas grâce à moi, un genre de jalousie quoi …

La minorité me comprend, les autre se promettent plein d’actions revendicatives quand ils seront dehors, mais bon vous connaissez déjà ça, et depuis le temps, j’ai ma carapace et ne suis plus seul, mais bon ces attitudes ne sont pas reluisantes, je n’attends de ceux là aucune reconnaissance, mais bon qu’ils viennent en plus m’emmerder n’est pas vraiment nécessaire …

Assez ralé, je savais bien dans quoi je mettais le doigt.

Le ramassage du courrier arrive, je vais donc conclure

Posez moi des questions, ce sera le mieux, je pense que vous pouvez tirer pas mal de mes lettres ou de mon „histoire“.

Vous pouvez contacter aussi le GG/BO Autriche et Leipzig et les questionner sur nos actions : je ne suis qu’une partie de ce mouvement.

Salutations solidaires

Georges Huß

Finalement, la poste c’est pour demain, mais demain ils diront autre chose, par exemple après la promenade.

Il semble qu’on ai „des problèmes de luxe“ en Allemagne, ici même pas la peine de commencer avec les questions de sécurité sociale de retraite ou de salaire minimum, ici la lutte c’est seulement pour survivre. Je croyais avoir vu le pire en Autriche, mais là, même moi, je ne trouve pas mes mots, avant les droits de l’homme et son article 11, ici d’abord et en priorité c’est le papier à chiottes.

Si les prisons sont un miroir de la société, alors en France vous êtes très mal lotis et ces valeurs occidentales que vous voulez défendre dans le monde entier, laissez les en France: on ne peut pas infliger ça au reste du monde.

L’incroyable, c’est qu’on ne me donne aucun produit pour nettoyer, ni balai ni serpillère, je dois le faire à genoux avec un teeshirt et en plus on doit faire sa lessive à la main dans le lavabo, où en Europe, à part en France, ça se passe comme ça? Mes draps sont les mêmes depuis 4 semaines, ça aussi, je dois le faire moi-même?

Je ne m’étonne plus des attentats en France, quand on se comporte comme ça avec des prisonniers principalement issus d l’immigration, il ne faut pas s’étonner qu’ils se radicalisent … à moins que ça ne soit voulu pour que l’appareil répressif ait encore plus de pouvoir.

Bon, j’arrête, avant de continuer à dire du mal de „la grande nation“

À bientôt!!!

Dieser Beitrag wurde unter Allgemein, Briefe von gefangenen Mitgliedern, Georg Huß, International veröffentlicht. Setze ein Lesezeichen auf den Permalink.

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.